mercredi 7 juin 2017

London Calling...

Sur ce morceau de The Clash, je débute un article pour vous raconter mon weekend punk rock à Londres.

Nous sommes partis de la gare du Nord à Paris car nous avons pris l'Eurostar. Je n'étais pas peu fière car c'est la première fois que je prenais ce mode de transport. Je monte en gamme. La première fois que je suis allée à Londres -à la fac- c'était en ferry-bus. En 2012, j'ai pris le bus qui a traversé la Manche en Shuttle et là, j'ai pris le train sous la Manche qui m'a mené directement à la gare de Saint Pancras.



Notre logement se trouvait tout près, à 5-10 min à pied, à Percy Circus, un coin calme avec vue sur un mini parc. Nous logions chez l'habitant dans un appartement proposé via AirBNB. Nous avions accès aux commodités communes aux résidents et à une chambre très propre. Une bouteille d'eau nous attendais et un lit tout frais. 



Samedi matin 8h30 heure anglaise: il est temps d'émerger et de réfléchir à un lieu pour petit déjeuner. Mr adore manger à l'heure anglaise avec les "beans", les "sausages" et les "fried eggs". Mon côté vieille France m'empêche d'ingérer autre chose qu'un thé, du pain et du beurre. Nous avons regardé sur Trip Advisor les brasseries du secteur proche proposant les deux et avons trouvé l'enseigne Côté brasserie sur Charlotte Street. Tenue par des Italiens, cette chaîne -car nous en avons trouvé d'autres, moins que Caffé Nero toutefois- propose des produits frais et bons et j'ai félicité la maison pour son croissant qui avait vraiment la saveur de nos boulangeries. Si vous avez déjà mangé à Londres, vous savez que les croissants ne sont pas du tout bons ailleurs.



Nous nous sommes ensuite mis en route pour trouver  Chinatown et ses restaurants asiatiques par milliers. Nous sommes passés par un quartier riche en théâtres donc celui qui joue encore les représentations de l'enfant maudit, un opus tiré de la saga Harry Potter.




 Nous avons continué vers Covent Garden à quelques pas de là. Je voulais découvrir la beauté du marché couvert et ses nombreuses échoppes. Très dynamique avec ses animations de rues, ce quartier est très sympa. J'ai lutté pour ne pas rentrer dans des boutiques comme Urban Decay dont je découvrais une boutique pour la première fois.




 Les gens se précipitent pour faire leur photo sur les bancs fleuris et je n'ai pas dérogé à cette "règle". Les allées sont piétonnières ce qui est vraiment appréciable. 
Cela m'a fait sourire de trouver une boutique comme l'Occitane que nous connaissons bien en France. Je regrette de ne pas avoir acheté du thé chez Wittard dont j'ai découvert l'existence avec la Thé Box.


Nous avons ensuite rejoint les rives de la Tamise en essayant de se motiver pour faire un tour dans le London Eye mais la foule était trop dense. Big Ben et l'abbaye de Westminster. Nous avons donc fait acte de présence auprès de ces deux grands monuments sans entrer car l'entrée est chère et il n'y pas grand chose à voir en plus dedans.




Nous avons beaucoup marché -c'était fatiguant mais nous avons profité du soleil omniprésent. La journée était sublime. Nous avons coupé par le The Household Cavalry Museum et sa cour de représentation. Comment les chevaux de sa majesté peuvent rester impassibles aussi longtemps?



Au cours de notre périple, nous avons croisé les traditionnels taxis et bus londoniens mais aussi des véhicules plus loufoques -le bateau bus ou encore le bus à étage, qui fait aussi salon de thé. Les filles, vous êtes intéressées? Quand j'en ai parlé autour de moi, le concept n'avait pas l'air de déplaire.



Coupant par Trafalgar Square, nous avons rejoint Carnaby Street. J'aime beaucoup cette rue. Elle possède des boutiques de grandes marques mais ce n'est pas ce que j'ai retenu. C'est la convivialité de cette grande table dressée ou chacun ramène son plat, ce tapis d'herbe où les gens sont assis admirant une représentation ou une chorégraphie type madison reprise par des passants à la suite d'un animateur de rue.



Carnaby Street est une artère dynamique et dépaysante à la fois dans Londres et je suis contente d'avoir découvert ce lieu.



La journée s'est achevée par une découverte pour le chéri geek de la boutique par excellence pour les fans de Marvel, Animés et autres mondes interstellaires. Forbidden Planet. Il y a trouvé un Tee Shirt de Stormtrooper afin de parfaire sa collection.
Je pensais trouver la carte animée du Maraudeur mais il y avait une version papier simple. 
Je voulais compenser le fait de ne pas avoir de place aux Studios Warner Bros mais ce sera pour une autre fois.

J'ai pu compenser avec un détour dans le Primark londonien -je n'ai d'ailleurs jamais fait de shopping dans ceux de Paris- haut de quatre étages. Je suis restée raisonnable. J'ai acheté un plaid Bambi -ma passion-, une robe de plage à 4 livres et un sweat à capuche pour copier le chéri à 7 livres. (on ne peut pas dire que j'ai beaucoup dépensé) 




Nous avons terminé notre soirée dans un restaurant japonais, à nouveau sur Charlotte Street: Roka. Sur les conseils d'un couple d'anglais rencontré la veille. Chic, -trop pour mon short et ma tenue de touriste, tous les hommes portaient la chemisette- on nous a placé la serviette sur les genoux, remis des verres pleins quand les nôtres étaient vides... On a bien mangé, l'addition a été quand même salée. C'est un regret du weekend.



Nous sommes rentrés sous la pluie mais ravis d'y avoir échappé la journée.

Dimanche 4 juin, 8h30: L'actualité sanglante nous a réveillé un peu grogis, nos familles étant inquiètes de nous savoir là-bas après les attentats au London Bridge. Le temps de les rassurer et sans entamer notre moral, nous sommes partis vers le quartier de Camden mais cette fois-ci avec un titre de transport à la journée pour soulager nos jambes endolories.

 Je n'ai pas été déçue du détour. Au nord de notre résidence, ce quartier est très coloré, loufoque et original. Le marché couvert traditionnel rencontre les punks et une rivière apaisante.




Affamé, nous avons déjeuné sur Kentish Town dans un super restaurant, bien plus cheap que celui de la veille et convivial. A dix livres le brunch je dois dire que je me suis régalée et mon porte monnaie m'a remercié. Merci aux propriétaires du Beef and Brew conseillé par nos hôtes.

Nous avons ensuite traversé tout Londres en métro pour nous rendre dans le salon de thé que je rêvais de découvrir de mes yeux. Peggy Porschen Cakes. Je n'ai pas été déçue du détour. Les cupcakes sont délicieux et la décoration est idyllique. C'est d'ailleurs tout près de Buckingham Palace donc aucune excuse Mesdames pour rater cette enseigne aux douceurs sucrées". 



Il était temps de reprendre les bagages et prendre un dernier cliché à la gare de Kings Cross devant la plateforme 9 3/4 reconstituée pour accueillir les Potterhead que nous sommes.



J'espère que mon périple vous aura intéressé. Je n'ai pas prétention à être guide d'autant plus que nous n'avons jamais quitté notre plan de Londres du weekend et manqué un peu d'organisation.

J'avais déjà fait les musées célèbres les fois précédentes (British Museum, le Museum d'Histoire naturelle...)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire